Mar
25
Classé dans (non catégorisé) par admin le 25-03-2020

.

Les circuits de randonnées sont souvent l’occasion d’être interpelés par des éléments du patrimoine dont on aimerait connaître l’histoire ou la signification.

Sont reproduits ci-dessous les informations complémentaires postées par les adhérents dans la rubrique “commentaires” (petit carnet et crayon)

En complément, n’oubliez pas de consulter la rubrique “toponymie” ci-contre à droite (site réalisé par René Siffointe) qui fourmille de renseignements sur les noms de lieudits et sommets et leur identification

 

 

Christine, le 25/03/20

Balade dans la plaine de passy, domancy
Au printemps, les passerands avec leur bétail pratiquaient la remue depuis passy, en direction de la trappe, puis ayere, moede ou pormenaz
A l’automne, ils empruntaient le même itinéraire et continuaient jusque dans la plaine.
Autrefois la plaine n’était pas labourée à cause de ces terres caillouteuses. Ces pierres proviennent des anciens méandres de l’arve.
La géologie apparaît à la fin du XIXe s. Avant on croyait qu’on avait beau ramasser les pierres, elles repoussaient toujours, comme les patates.
On dit que cette plaine est en lames de parquet, elle serait une des seules en Europe.
Grâce à cette disposition, tous les paysans avaient l’accès à l’eau pour leur bétail.
Les granges sont composées d’une minuscule cuisine, d’une chambrette, de l’écurie des vaches (étable), et de la grange pour le foin.

 

Jean-Paul  le 21/02/20

Quelques mots sur le TMB que nous avons croisé ce jeudi 20/02.
En 1949 un projet est proposé par le département, la commune de St Gervais, une filiale de la SNCF et la compagnie du TMB. La situation financière de cette dernière est très mauvaise: le projet ne peut voir le jour.Un industriel lillois, Pierre Nourry,rachète l’hotel du col de Voza et en 1955 lapresque totalité de la compagnie du TMB qui dessert l’hotel.
Les travaux sont lancés; ils incluent l’électrification de la ligne. Les trois motrices sont reçues en 1957 et l’exploitation commerciale débute dès le 2 juin. Les trois motrices portent les prénoms des filles de P. Nourry: Marie, Jeanne et Anne.

 

 

 

Françoise M.  le 9/01/20

Les dessins sur les blocs de Plaine-Joux ont été sculptés en juillet 2012 par 4 sculpteurs.
J’ai trouvé ceci sur la grotte de Baré, située sur la commune d’Onnion:
La grotte du Baré est le plus ancien site archéologique de la Haute-Savoie[3]. Il a fait l’objet de plusieurs campagnes de fouilles dans les années 1950, qui ont permis de mettre au jour des outils en silex, attestant de l’occupation par les Néandertaliens, ainsi que des ossements appartenant à plusieurs espèces animales « comme l’ours et le lion des cavernes mais aussi des espèces encore présentes comme le lynx boréal, l’ours brun, le loup, le renard, le blaireau, la martre, le cerf élaphe, le bouquetin, le chamois, le lièvre européen, la marmotte », sur une période allant de -70 000 à -30 000 B.P.[4],[2].

Complément de Jean-Paul  Lors de la randonnée du jeudi 9/01/2020, il a été posé la question de la signification de Plaine-Joux. Françoise M. a fait une recherche générale sur le net et a trouvé Joux = Forêt. Je suis allé sur le site de R. Sifointe pour éventuellement affiner en local: rien de plus; Plaine-Joux signifie donc un replat boisé. Qu’on se le dise!

 

Martine B.  le 7/01/20

Sortie du Salève
– Je n’ai pas réussi malgré internet et ma doc. à identifier l’essence des arbres remarquables peuplant le Salève. Appel à tous les savants de Vouilloux
– La Tour Bastian (ou Tour des Pitons) fut érigée entre 1820 et 1830 par Claude François Bastian notaire et maire de Frangy, propriétaire de l’alpage du Petit-Pommier. C’est le point culminant du Salève (1379m), sur la commune de Beaumont. Elle repose sur un premier poste de guet du XIVème édifié sur le plus beau lapiaz du Salève sur le plateau sommital au bord de la falaise.

Les arbres du Salève  suite
Merci à Suzanne qui a clarifié la question des curieux arbres du Salève.
Il s’agirait tout bonnement de hêtres (ou “fayards”). Les hêtres se présentent d’ordinaire sous la forme d’arbres élancés aux troncs bien droits, parfois sous l’aspect de cépées aux denses rejets. Ce qui est le cas sur le plateau du Salève. Il arrive que des individus âgés, isolés poussent dans des conditions difficiles : port étalé, tronc court irrégulier, branches tortueuses, dimensions exceptionnelles…
Le massif du Salève est riche de ces remarquables “fayards” très étranges, tant par leur taille que leur port curieux mais majestueux.
En rando, la nature nous réserve toujours de belles surprises !!

 

Christine B. le 7/12

Coucou
Suite à la demande de Jean-Paul, concernant le mot “l’Outa” :
D’après le groupe de patois de Megève, c’est “La Maison” en général, souvent on emploie l’expression “derri ‘Loutaz”. Guichon connait bien cette expression.
A bientôt

 

Précision de Jean-Paul, le 13/11/19

Le mot chevreau est peu usité dans la région. Est-il réservé, dans notre économie rurale, à la peau précieuse qu’utilisent les maroquiniers de luxe à Paris?
Ici, c’est plutôt le cabri, mot d’origine provençale, donc cohérent avec notre patois franco-provençal.

 

Martine le 12/11

Un petit oubli sur les familles d’ongulés. Le daguet est un jeune cerf de seconde année chez lequel le premier bois est réduit à une dague (une simple tige sans bifurcation)
Autre chose. Les fleurs du coteau de Saint Roch doivent être des asters d’automne. Il y en a 500 espèces (grande variété de taille, de forme et de coloris…)

Martine, le 10/11/19

Encore un peu de culture … plus scientifique cette fois. En rando, on se pose parfois beaucoup de questions !
Voici les noms d’animaux du secteur avec leur famille.
Chamois: mâle : bouc
: femelle : chèvre
: petit : chevreau
: petit mâle de 18 à 48 mois : éterlou
: petite femelle de 18 à 48 mois : éterle
Bouquetin : mâle: bouquetin
: femelle : étagne
Chevreuil: mâle: brocard
: femelle : chevrette
: bréhaigne (vieille chevrette stérile)
: jeune : faon (avant 6 mois)
: chevrillard (jusqu’à 1 an
Cerf: mâle : cerf
: femelle : biche
: petit : faon

 

Christine le 7 novembre

Clocher de Combloux, construit en 1828, par l’architecte septimontain, Claude François Amoudruz. C’est suite au retour de la Savoie en 1815 dans le giron sarde, que le curé “Dutruel” organisera une souscription, en une seule nuit, il va récupérer 5000 F/or. Croyance et crainte. Ce clocher est recouvert de 3 tonnes d’acier inoxydable vieilli, et de 1200 km de soudure. Les écailles sont soudées par 4. Petite anecdote, savez-vous pourquoi les coqs souvent n’ont pas de pattes, c’est parcequ’il n’y a rien à gratter chez les curés. Chut !!

Christine le 30 octobre

Pour terminer avec les bornes romaines, une info que vous ne trouverez peut-être pas :
côté Megève, on n’a bien compris que c’était les Ceutrons
côté de la vallée ; les Allobroges
Donc 1/2 Quartier = frontière
Combloux et Megève, ont un patois complètement différent. Mais la différence n’existe plus aujourd’hui, car les Megevans sont venus voir les Comblorannes et vis versa.

Christine le 30 octobre

Merci JP.
Il y a une très belle revue qui a été éditée, il y a au moins 10 ans par Cordon, qui traite des Bornes Romaines. Je pense que l’on peu encore l’acheter à l’OT de Cordon.

 

28/10/19

Par Jean-Paul, problèmes de bornes  Grand merci à Christine pour ces éclaircissements sur la borne dont on s’est bien demandé ce qu’elle f… là.
Deux ou trois réflexions profondes: De quel côté les Allobroges et les Ceutrons? Je vais fouiller dans mes archives pour savoir.
Des problèmes entre la Giettaz et ses voisins: me rappelle quelques histoires avec ces gens du côté de Cordon et St Roch!!
Les chiens ont tendance à pisser sur les bornes pour marquer leur territoire; celle-là a dû être bien arrosée! Y-a-t-il un lien avec Vespasien?
De nos jours, on ne met plus de belles bornes marquées Fines, mais de vilains bouts de ferraille peints en rouge orangé. O tempora, O mores! (juste pour reboucler sur les latins, bien sûr)

Extrait du site Sabaudia:
“Au Ier siècle de notre ère, l’épigraphie atteste que les relations entre les Allobroges et les Ceutrons furent souvent conflictuelles et qu’elles portèrent certainement sur l’utilisation des alpages. Ainsi ont été retrouvées trois bornes frontières à la limite des communes de La Giettaz et de Cordon sur lesquelles était gravé le mot FINES ” limites “, destiné à matérialiser ” la frontière ” entre les Ceutrons et les Allobroges : au col du Jaillet, sous le col de l’Avenaz et au col du Petit Croisse-Baulet. Mais la borne la plus significative a été mise au jour à Passy, sur le versant occidental du col de La Forclaz-du-Prarion (CIL XII 113=ILHS 82). A la suite probablement de nouvelles tensions entre les deux communautés, le légat propréteur de l’armée de Germanie, Cnaeus Pinarius Cornelius Clemens, fut envoyé, au cours de l’année 74, par l’empereur Vespasien pour fixer définitivement les limites entre les deux peuples qui appartenaient à deux provinces différentes. Il semble alors que la haute vallée de l’Arve, qui avait appartenu jusque-là aux Allobroges, ait été détachée de la cité de Vienne lors de cette opération de bornage, avec une constatation : à la cité de Vienne étaient affectés les vallées et les piémonts, aux Ceutrons était réservée la montagne.”

Et ben, çà date pas d’hier nos problèmes de bornes; m’étonne pas que l’on ne sache plus pourquoi il faut se méfier, voire plus!

 

Christine B. le 27/10/19

Je ne peux pas marcher avec vous et je le regrette bien, mais je peux vous dire des petites choses sur le patrimoine, aujourd’hui à retardement.
Avez-vous vu la borne au Col du Jaillet : La borne romaine du Jaillet, découverte en 1963, a été placée en 74 ap.jc. sur ordre de l’Empereur Vespasien, en compagnie d’autres bornes (Col de l’avenaz et Petit Croise Baulet), pour délimiter les territoires des Ceutrons et des Allobroges. Gravée “FINES” (limite), elle a marquée la frontière entre les alpages de La Giettaz et de ses voisins jusqu’au 18e siècle. Comme d’autres bornes, elle a été “rebattée” (jetée dans la pente) ou cachée pour brouiller les limites des pâturages lors des conflits d’alpage.

 

Martine B. 08/10/19

Sujet sérieux évoqué en rando. Réponse : coccigrue : s’écrit également coxigrue de nos jours et s’écrivait parfois coquecigrue autrefois. Mot employé dans la littérature pour la première fois par François Rabeelais.
Définitions (pour aire court !) :
– animal imaginaire
– fantasme, illusion
– absurdité, baliverne, sornette, sottise et la personne qui les raconte.
Maintenant je mettrai un Petit Larousse dans mon sac à dos pour répondre à vos questions !!! Martine… à votre service

 

27/07/19
Christine : la borne au Col du Jaillet : La borne romaine du Jaillet, découverte en 1963, a été placée en 74 ap.jc. sur ordre de l’Empereur Vespasien, en compagnie d’autres bornes (Col de l’avenaz et Petit Croise Baulet), pour délimiter les territoires des Ceutrons et des Allobroges. Gravée “FINES” (limite), elle a marquée la frontière entre les alpages de La Giettaz et de ses voisins jusqu’au 18e siècle. Comme d’autres bornes, elle a été “rebattée” (jetée dans la pente) ou cachée pour brouiller les limites des pâturages lors des conflits d’alpage.

 

09/04/19
Suite à la demande de Christiane Mazin, concernant Saxel, voici quelques infos par Christine B.:
L’émigration en Savoie est très présente dès le 17°s. Saxel en est un bel exemple ! En 1726 sur 22 hommes répertoriés, il reste 1 homme de 60 ans et 4 enfants mâles. Tous les autres sont partis dans le Valais, en Alsace et en Autriche.
On peu remarquer un joli oratoire qui abrite la Sainte Famille, avec sur la grille, la date de construction : 1775, les initiales MF : Marin Joseph Fontaine, le chiffre 4, le symbole des migrants. Vu le travail de fer forgé, M. Fontaine était certainement forgeron !

 

27/06/19 par Christine B.
Suite à notre sympathique rando au-dessus de Praz-sur-Arly, l’éthymologie de “gâteau”, pour faire court, viendrait de “terre ravagée, inculte”.

 

17/07/19 par Jean-Paul
Chemin des diligences, sur les pas de Napoléon III. Traité d’annexion en mars 1860, plébiscite en avril. Sa Majesté Impériale est venue à Sallanches fin août et est allée jusqu’aux glacières de Chamouny entre fin août et début septembre 1860.

 

18/07/19
Eglise de Trient : elle néo classique et de religion catholique romaine. Pour l’instant je n’ai pas de réponse pour la couleur rose.

 

21/07/19 par Jean-Paul
Prapacot ou prapaccot: pacot veut dire boueux, pra pacot est donc un pré boueux. Autre origine de Paccot, selon René S, nom de famille.

What do you want to do ?

New mail

What do you want to do ?

New mail

Poster un Commentaire
Nom:
E-mail:
Site Web:
Commentaire: